L' ÉCOSYSTÈME :

  Avec le soutien de La région Bretagne, L’agence de l’eau Loire-Bretagne, l’Ademe, L’Office Français de la biodiversité.
• Les collaborateurs :
Pontivy Communauté et les services Environnement, Transition énergétique, les services Techniques et le Pôle Vie Sociale et Habitat.
• Les partenaires : l’AMISEP, Pôle ESS, Bretagne vivante, La grainothèque de Pontivy, Les Incroyables Comestibles de Pontivy, l’association Callune, …
• Intervenants : Bretagne Vivante, Syndicat de la Vallée du Blavet, maraichers, horticulteurs…
• Sponsors : jardineries, maraîchers, horticulteurs locaux.

Maillage territorial :

• La Communauté de Communes : Pontivy Communauté a répondu favorablement à notre projet et a signé une convention avec l’association pour mettre à disposition le terrain afin d’y développer un projet pédagogique « Le jardin qui cache la forêt » dans le respect du milieu naturel. Elle subventionne la structure d’accueil et participe activement par le biais des services à la mise en œuvre du projet.
• La vice-présidente à l’Environnement Véronique DELMOULY sera représentante de la Communauté de Communes au sein de notre association selon les termes de la convention.
Le conseil régional de Bretagne, l’agence de l’eau Loire-Bretagne, l’Ademe & l’Office Français de la Biodiversité pour l’attribution d’une subvention dans le cadre de l’appel à projet « mobiliser les bretons et bretonnes vers les transitions »
• Les communes : les maires des 25 communes de la communauté ont été sollicités pour créer dans chacune un jardin collaboratif afin de réaliser un maillage territorial pour entrainer une dynamique locale autour de l’autonomie alimentaire qu’elle soit individuelle ou collective. La grande majorité s’est montrée intéressée.
• Les jardins collaboratifs : l’association soutiendra les initiatives de jardins communaux, participera à leurs émergences et leurs structurations en partenariat avec la municipalité ( Neuillac…).
• Les cuisines : Les cuisiniers seraient associés dans la mesure du possible aux jardins collaboratifs pour répondre au PAT et à la loi Egalim et bénéficieraient en partie des fruits des récoltes et ainsi les rendre autonomes sur certains produits comme à Neuillac.
• Les Associations : Elles seront partenaires dans la logique d’une coopération locale, de mutualisation et d’échanges et pourront bénéficier du jardin dans le cadre d’une convention avec l’association et d’un calendrier préétabli.
• Les écoles : les écoles bénéficieront d’une Aire terrestre pédagogique pour y mener des activités et favoriser le décloisonnement.